The Constant Gardener

Publié le par iftol

Constant gardener ou le lobby pharmaceutique denoncé !

 

 

 

 

 The Constant Gardener surfe haut sur la vague exhaltante et rafraichissante des films revendicatifs de ce debut d’année.

 

Souffrant de farniente aigüe, je vous propose le synopsis de Cinémovies :

Un diplomate anglais, Justin Quayle (Fiennes), est affecté à Nairobi, Kenya, au haut commissariat britannique qu'il représente au C.E.D.A.O., un organisme chargé de contrôler l'action humanitaire en Afrique. Sa séduisante épouse, la jeune avocate Tessa (Weisz), scandalisée par la misère qu'elle découvre dans ce pays, milite aux côtés de membres d'O.N.G. et dénonce divers scandales dans une série de documents qu'elle adresse au ministère britannique. Alors qu'elle était partie en mission dans le nord du pays, on la retrouve assassinée dans sa Jeep près du lac Turkana. Le médecin africain Arnold Bluhm qui l'accompagnait, et que la rumeur considère comme son amant, est porté disparu. Deux policiers venus de Londres interrogent Justin Quayle. Ils le soupçonnent d'avoir fait exécuter sa femme par jalousie. Finalement disculpé, il rentre à Londres en ayant soustrait aux autorités une partie des documents de Tessa. Sous une fausse identité, il décide de se lancer à la recherche des assassins.

Mais qui est le jardinier ?

 

 

 

Il s’agit du 3e film de Fernando Meirelles (réalisateur de La Cité de Dieu ) et adaptation d’une histoire de John Le Carré.

Meirelles filme l’Afrique (Kenya) avec une beauté et une simplicité proche du documentaire…les acteurs mélés aux africains sont d’un naturel deconcertant et on est surpris notemment par la prestation pleine d’engagement de la part de Rachel Weisz…qui d’ailleurs a remporté il y’a peu le prix du Meilleur second rôle féminin aux Golden Globes.

Le casting pluri-ethnique y evidemment pour quelque chose…

A ce sujet, la production a oeuvré à l'occasion et en plus d'avoir embauché des locaux, en a profiter pour construire des terrains de jeux pour les enfants et bati quelques infrastructures ( pont et consolidation d'eglise...) 

 

 

 

 

 

Le film n’oublie pas de denoncer de vive voix le pouvoir des Lobby pharmaceutiques regnant sur l’Afrique et usant et utilisant les ressources « humaines » à loisir.

En effet, sous couvert des gouvernements et autres « diplomates », les labos profitent de cette manne de chair pour y tester des medicaments encore instables et non-finalisés ( car le retard de la mise sur le marché coûte cher, et afin d'être pret quand un Etat occidental sera touché) sans evidemment donner le choix aux africains.

Bien sûr, les "dommages collatéraux" sont tenus secrets, les pantins gouvernementaux et pharmaceutiques s'empressant d'enterrer toute trace de bavure.

La misère, le consentement obligatoire, la fatalité sont filmés d’une manière très forte et sensible.

Par ailleurs on sent un peuple fort, qui derrière le rythme de la musique africaine, les courses effrénées d’enfants nu-pieds dans les rues kenyanes et le sourire accroché aux levres fait front, sait rester digne…mais jusqu’à quand ?

Love story

C'est aussi une histoire d'amour et c'est la mort de la femme aimée qui poussera le diplomate à poursuivre les recherches de sa femme...et denoncer cette "colonialisation pharmaceutique" sur l'Afrique !

 

 

 

References à l’actualité !

 

En marge de ce film, le débat depuis enterré sur le rôle positif de la colonisation me fait bien rire. Et d’ailleurs quand j’ai appris que derrière cette loi aberrante se cachait  « l’avocat in the move » Arno Kalrsfeld, j’ai compris d’où venait la stupidité de cette loi.

La colonisation continue, elle est insidieuse et passe inaperçue sous couverts des gouvernements et des grandes multinationales (dont beaucoup sont françaises – Cocorico !).

 

 The Hope

 

 Mais malgré cette toute puissance l’espoir persiste…et ça me rappelle les magnifiques chansons de Corneille- Notre jour viendra et « enfants d’Afrique » qu’il chante avec Cheb Mami sur Master Blaster de Stevie Wonder:

 

 NOTRE JOUR VIENDRA

Non, nous ne sommes pas maudits, loin de là

Même qu'on est tous choisis comme les autres, croyez-moi

Et si le ciel a l'air promis aux autres

On a tellement souffert qu'il nous est dû

L'heure viendra où nous serons rois

Où la terre tournera comme on voudra

Des étrangers nous viendront de partout pour vivre mieux

Des hommes nous serons enfin les moins envieux

Même s'il faut attendre un siècle ou deux … 

 

 

 

 

 

Note

4.5/5

 

 

Publié dans Cinéma - Tv

Commenter cet article