Shadow of Colossus ou la merveille vidéoludique

Publié le par iftol

Ce jeu n'est pas un jeu, c'est une experience

On peut dire quil etait attendu, et pour avoir joué à trois 1ers niveaux, je peux vous dire que l'attente sera recompensée.

Proclamé comme la suite spirituelle d’Ico, (cf article precedant), Shadow Of Colossus, d’abord denommé Wanda and the Colossus, nous offre une nouvelle aventure…et nous pouvons dire dès maintenant, cette aventure sera fantastique.

 

 

 

Histoire d’amour...

 

 

 

Shadow of colossus, c’est d’abord une histoire d’amour.

Le jeu commence par une longue scène cinematique qui nous presente votre personnage entrant dans un temple en ruine, ce dernier est accompagné de son fidèle destrier.

 

Arrivé devant un autel, il prend un paquet adossé sur le cheval, qu’il depose delicatement sur un autel…

 

Decouvrant ce colis, on découvre une jeune femme, inerte. On devine qu’elle fût la compagne de notre héros. Et ce dernier afin de prolonger son amour signe un pacte avec une sorte de démon.

Ce dernier lui dira qu’il redonnera vie à sa chère et tendre que s’il terasse les 16 colosses jonchant ces terres vides…

 

 

 

Armé de cet espoir, et accompagné par son fidèle destrier, votre personnage devra tout d’abord trouver ces colosses.

Le monde est immense, une carte et votre epée sauront vous guider.

Votre epée ? En effet, en brandissant l’epée, une lumière en jaillira ( poésie quand tu nous tiens). Et il faudra suivre cette lumière pour trouver le colosse.

Colossus maus costo, maxima plaisirium

 

 

 

Parlons-en des colosses, ces monstres sont immenses…on devine des êtres antédiluviens, vieux comme le monde…leur corps est orné de terre et de branchages…et se fondent harmonieusement avec l’environnement…Mais est-ce vraiment un hasard ? Qui sont ces colosses ?

Il vous faudra donc trouver le colosse, monter dessus, trouver son ou ses points faibles et le mettre à terre…Chaque colosse representant un niveau de jeu.

 

 

 

Alors, oui, ce jeu est magnifique…A l’instar de son grand frère Ico, Shadow of Colossus est un des rare jeu qui permet au journalistes d’etayer leur champ lexical de mots illustrant le merveilleux.

A ce jeu là…j’aime la verve et l’engouement du journaliste d’Europe 2.

Et encore une fois, ce jeu n’est pas un jeu, c’est une expérience !

 

Publié dans jeux vidéos

Commenter cet article

véressa 20/02/2006 22:57

hum hum ! ! ne me remercie pas Franko moi j'ai rien fé le jeux mais tombé dessu un week end et je vé pas m'en pleindre : )
merci a toi . . . . .

Franko 16/02/2006 18:49

Quand je pense que j'ai toujours la premiere version collector de ico et que j'ai toujours envi de le rerefinir un jour... je me suis alors jetter sur shadow of the colossus quand j'ai pu mettre la main dessu (merci et grace a Vé...).Et apres l'avoir dévorer tout cru, on regrette qu'il n'y est pas plus de jeux de cette trempe. D'entrer, quand on commence l'aventure on ressent la meme solitude, le meme sentiments d'etre loin de tout comme ICO.Puis une fois arriver au premier colosse on se rend compte a quel point on est minuscule face a la tache qui nous attend. Balancer, chavirer et ecraser par la grandeur des ennemis ? niveaux ? heuuuu rocher qui bouge. On a a peine le temps d'admirer le corps sculpter des fameux colosses, du coups on se racroche a ce qu'on peut, comme les touffes de poils et les corniches (Oo) sur la masse imposantes des creatures. Le plus delicat étant de lui "grimper dessu" et de se frayer un chemin sans se faire ejecter comme un miserable insecte, jusqu'au point sensible qui lui fera mettre genoux a terre (on me signale dans l'oreillette que les spoilers ne sont pas a l'ordre du jour). En revenant sur les colosses, leurs animations sont aussi epoustouflante, l'impression de mouvement lent mais d'un force incroyable colle parfaitement a leur taille. Les effets d'impact de coup sur le sol tout aussi impressionant renforce l'idée. Quoi qu'il en sois, l'ambience graphique tant que sonore sont vraiment  dans la categorie "a pars" et c'est tant mieu, ca fais du bien de voir autre chose. Les deux points negatifs que j'ai pu denicher (mais ce n'est que mon avi) sont quelques difficulté de deplacement sur le cheval, c'est frustrant mais on s'y fais, puis, et la c plus handicapant et encore plus frustrant le manque de "peche" de la ps2. Au moment des combats les colosses sont tellement grandiose et les decors tellement vaste que les saccades se font enormement sentir et la jouabilité en prend un ptit coup.Ceci dis ca ma pas empecher de continuer et perseverer jusqu'a la fin. J'ai vraiment apprecier le temps passer sur ce jeux, des moments qu'on retrouve malheureusement de moin en moin dans le monde du jeux. Finallement c'est aussi parce qu'ils sont si peu qu'ils sont si plaisant.