Inside Man - la critique

Publié le par iftol

Inside Man de Spike Lee - sortie le 12 Avril 2006.

Synopsis (Merci allo-ciné ):

Ce devait être le hold-up parfait, le chef-d'oeuvre d'un génie du crime.
Le décor : une grande banque de Manhattan. Les protagonistes : un commando masqué, cagoulé, lunetté et des dizaines d'otages affolés, contraints de revêtir la même combinaison passe-partout que les braqueurs.
L'enjeu : la salle des coffres et ses trésors ? Ou un vieux secret dont seuls deux personnes connaissent l'importance.
Aujourd'hui, confiné dans une cellule, le cerveau de la bande s'explique. Mais attention, chaque mot compte, et aucun indice ne vous sera livré au hasard. Prêts ?
Ce matin-là, donc, quatre peintres en batiment franchissaient le seuil de la Manhattan Trust Bank...

La critique :

J'attendais ce film depuis un bon moment...Spike Lee, depuis Malcom X, reste une reference dont les films sont inmanquables.

Alors oui, ce film est bon, très bon  même.

Tous les "reflexes" cinématographiques de Spike Lee sont là. Le besoin d'exprimer les prejugés sur les minorités ethiniques est present ( sikh, arabes ) avec son lot d'humour noir.

Les dialogues fusent et sont particulièrement bien écrits...et la caméra est toujours maitrisée à merveille.

La patte Spike Lee est même flagrante quand un plan copie une technique utilisée sur Malcom X.

Celle où la camera cadre le tronc du protagonaiste, celui-ci tout en avançant, semble glisser sur le sol...Cet effet m'avait marqué sur Malcom X et il est present sur Inside Man, avec le même acteur, Denzel Washington.

Et les acteurs, parlons-en justement. C'est tout simple, c'est la crème de la crème.

Entre un Denzel Washington completement fellé et loufoque, malin et obstiné; un Clive Owen ( qui joue le braqueur) modèle de calme et de serennité, qui n'abuse d'aucun de ses mots, nous avons une Jodie Foster, trop absente des ecrans en ce moment, pugnace et opportuniste...prete à defendre corps et âmes les interêts de son commanditaire.

Quand à la réalisation, elle est exemplaire...le recit est ponctué de Flash Forward ( je ne sais pas si l'expression existe mais bon...) relatants les evenements et les interrogatoires après le braquage.

Jonglage virtuose qui evite tout ennui...d'autant que l'humour est tout le temps present comme par exemple, quand un telephone portable se met à entonner la chanson de Kanye West " Gold Digger" en plein braquage - le comble !

Au final

Résumé

Un film puissant, malin et remarquablement maitrisé à la distribution parfaite. Spike Lee n'a pas perdu la main et son humour satirique fait mouche.

l'avis

Publié dans Cinéma - Tv

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article