The host, la critique

Publié le par iftol

The Host - Joon-ho Bong - Sortie le 22 Novembre 2006

Après l'excellent et ettonant Memories Of Murder, le réalisateur coréen Joon-ho Bong nous revient avec un film de monstre. Mais celà serait insulter son intelligence que de penser à un film de monstre classique. Non, The Host, c'est bien plus que ça !

Il etait une fois un monstre...

A Séoul, Park Hee-bong tient un petit snack au bord de la rivière Han où il vit avec les siens. Il y a son fils aîné, l'immature Gang-du, sa fille Nam-joo, une championne malchanceuse de tir à l'arc, et Nam-il, son fils cadet éternellement au chômage. Tous idolâtrent la petite Hyun-seo, la fille unique de Gang-du.
Un jour, un monstre géant et inconnu jusqu'à présent, surgit des profondeurs de la rivière. Quand la créature atteint les berges, elle se met à piétiner et attaquer la foule sauvagement, détruisant tout sur son passage.
Le snack démoli, Gang-du tente de s'enfuir avec sa fille, mais il la perd dans la foule paniquée. Quand il l'aperçoit enfin, Hyun-seo est en train de se faire enlever par le monstre qui disparaît, en emportant la fillette au fond de la rivière.
La famille Park décide alors de partir en croisade contre le monstre, pour retrouver Hyun-seo...

Après avoir revisité le polar, Joon-ho Bong s'attaque donc au film de monstre, genre eprouvé ?Quand la mode asiatique est au sucité, lui prefère montrer et dire les choses.

Succés monstrueux en corée, le film ayant explosé tous les reccords et reperé dans la quizaine des réalisateurs à Cannes, The Host est un coktail explosif de plusieurs choses :

The Host, c'est d'abord une famille...Une famille qui malgré les loosers qui la compose n'en est pas moins attachante et unie. Une famille qui fera tout pour passer outre les regles et defier le monde pour retrouver la dernière de la famille enlevée par la bête.

Et quelle Bête !!

Montée de toute pièces par Weta ( la boite de Fx de peter Jackson ) et quelques membres d'ILM ( la boite de Fx de Georges Lucas ), l'effrayante bête est aussi bien agile dans l'eau et quand elle se retrouve suspendue, qu'elle est maldroite sur le sol. Glissant maladroitement  à chaque pas, trainant sa grosse carcasse, elle en devient unique avec une veritable personnalité.

Le film, savamment dosé d'humour noir et de cynisme fait mouche et plait...Ainsi la crise de pleurs de la famille assaillie par les journalistes ou encore le monologue du grand-père sur son fils sont hilarants et on retrouve le coup de pieds joints sauté...jouissif !

Ce qui n'empêche pas de sombrer très vite dans le dramatique quand des personnes chères disparaissent.

Vive les Ricains !

Par ailleurs, Joon-ho Bong n'oublie pas son sens critique et fustige aussi bien ses propres concitoyens incapables de s'entraider que les Etats-Unis.

Et ils en prennent pour leur grade, auteur des causes qui font naître la bête, ils commandent les operations et testent sur la Corée un produit de destruction massive...Ils apparaissent ainsi comme les supers gendarmes du monde et les moralisateurs de notre époque incapable d'assumer leurs propres actes et leurs responsabilités ( quoi ? c'est dejà le cas ?) se dechargeant sur la Corée.

Au niveau technique, c'est du tout bon, avec des travelling monstrueux accompagnés de zoom bien sentis pour nous faire sentir l'action au plus près.

Par ailleurs le monstre est extrement crédible et les plans où la bête est aperçue en fond sont fabuleux.

Même si les effets speciaux finaux laissent à desirer, le reste se tient bien...

En Résumé

The Host condense satire et drame familial, critique de notre societé et humour noir...Un film de monstre qui est beaucoup plus qu'un film de monstre...A voir absolument !

Note

Publié dans Cinéma - Tv

Commenter cet article