Dejà vu - l'avis critique

Publié le par iftol

Dejà vu - Tony scott - sortie le 13 Décembre 2006

 

Quand Tony Scott ( Ennemi d'etat, Man on Fire ou le clipesque Domino) rencontre le producteur archi-connu Bruckeheimer ( Les experts, pirates des caraïbes), on s'attend à quelque chose d'explosif. Et bien, pas tant que ça !

Le synopsis

Alors qu'il enquête sur l'explosion d'une bombe sur un ferry à la Nouvelle Orléans , l'agent Doug Carlin se voit enrôlé au sein d'une nouvelle cellule du FBI ayant accès à un appareil gouvernemental top secret permettant d'ouvrir une "fenêtre sur le temps", et ainsi de retrouver les preuves nécessaires à l'arrestation d'importants criminels. Cette fenêtre permet d'observer des évènements dans le passé s'étant déroulés quatre jours, six heures et quelques minutes auparavant... pas une de plus, pas une de moins.
Durant son investigation, Doug va découvrir que ce que la plupart des gens pensent n'être qu'un effet de leur mémoire est en fait un don bien plus précieux, une force qui le mènera vers une course contre la montre pour sauver des centaines d'innocents.

 

Beaucoup plus subtil qu'il n'y parait, ce film flirte avec le polar, dance avec la romance et titille la science-fiction, le tout teinté d'action ( Bruckheimer oblige !).

Tout debute par une enquête de police « classique » où le heros, le très souvent excellent Denzel Washington, dont on capte difficilement la fonction ( pas vraiment important pour comprendre le film) est depeché au large du Mississipi où un bateau transportant des Marines vient d'exploser.

Le bedonnant Val Kilmer, dont on se demande ce qu'il fait là, le pousse à integrer une cellule du FBI capable de remonter 4 jours dans le passé. Ni une, ni deux, Denzel fonce, d'autant plus qu'il vient de retrouver un corps aux abords de cette explosion dont les circonstances de la mort semblent anormales.

S'en suit une romance à distance où Denzel essaie de sauver la très jolie claire Kuchever ( Paula Patton dont on revera surement bientôt la jolie frimousse notemment dans le film des Outkast Idlewild Gangsters Club ). Romance, qui même si elle semble naïve et pleines de bons sentiments ne colle pas à la situation.  

Entré en plein  illogisme, le postulat de cette remontée dans le temps nous est gavé au fond de la gorge et y reste en travers jusqu"à la fin du film...Dommage !

Même si durant de nombreux moments le film semble se chercher et que parfois la lassitude nous prend par surprise, on ne peut nier l'effort esthetique apporté au film, même cela reste en deça et moins tape-à-l'oeil qu'un Domino ( qui a dit tant mieux ?).

Toutefois, certains passages sont vraiments bien sentis comme cette course-poursuite virtuelle sur autoroute à 4 jours d'intervalle !

Enfin, il y'a un petit fond de critique qui fait pas de mal. En effet, Tony Scott semble dire « balayons devant notre porte... » en fustigiant un ennemi de l'interieur et non pas un barbu ou autre signe de terrorrisme international. Par ailleurs, le clin d"oeil aux evenements à la nouvelle-orléans est bien amené et mettre cette catastrophe en toile de fond n'est pas la plus mauvaise idée du film. 

En Résumé Dejà vu est un film qui aurait pu être un bon blockbuster s'il avait été un peu plus travaillé. Mais il ne faut pas se leurrer, on sent la patte Bruckheimer derrière tout cela et Dejà-vu reste un bon divertissement pour cerveau disponible...
Avis

 (7/10)

 

Publié dans Cinéma - Tv

Commenter cet article