The fountain, plongez-y !

Publié le par iftol

The Fountain - Darren Aronofski - Sortie le 27 Décembre 2006

Après Pi et le cultissime Requiem for a dream, Aronofski a réussi à imposer son nom et son style dans le 7e art. Avec The fountain, il nous propose de plonger dans son aventure...

Le Synopsis

Espagne du 16e siècle, Aujourd'hui et le 26e siècle... 3 époques, 3 quêtes, 3 hommes, une seule idée... La quête desperée d'un homme pour sauver sa belle...

Dur, dur...

Mûrit et reflechit avant même de réaliser Requiem For a Dream, le projet de The Fountain est longtemps resté dans les etalages sous forme de script...Jugé trop ambitieux, trop couteux, et ayant subi les desafections de Brat Pitt et de Cate Blachet, the Fountain a bien failli ne pas se faire.

C'etait sans compter l'acharnement d'Aronofski qui a revu son script, son budget ( 3 fois moins que prévu !!) et son casting...7 ans de dur labeur.

Un scenario

Le film est une ode à l'amour et une quête efrenée d'un homme pour sauver sa femme. Le film se deroule sous plusieurs epoques... celle d'aujourd'hui où Izzy soufre d'un cancer. Happé par son desir de la sauver, son mari Tommy, scientifique travaille avec acharnement sur la quête d'un remède delaissant sa femme. Sous des imaginaires epistolaires Izzy construit une histoire, son histoire, avec des influences Maya, des croyances d'immortalité. Ainsi, elle se fait reine d'Espagne et le cancer qui la ronge est l'inquisition. Sous les traits d'un Conquistador à la recheche de ce temple Maya, son promis cherche...autre histoire...mais qui n'est pas achevée...Ainsi son homme poursuit ce qu'à commencer sa femme et se doit de mettre le mot "fin" au livre de sa vie...Encore une autre époque, un autre temps, des autres cieux, où sa quête titille les cieux à la recherche de cet Eden et de cet arbre censé donner l'eternité.

Construite sous la forme d'un puzzle, l'histoire risque d'en desarçonner plus d'un...Mais sous des faux airs complexes, l'histoire est au final très simple...et on comprend très vite que la quête est celle de l'acceptation. Acceptaion de la maladie, accepation de la destinée et de la mort...

Des acteurs

Muse incontestable de nombreux cinéastes ( je me souviens du magnifique Constant Gardener), et accessoirement compagne d'Aronofski dans la vie, rachel Weisz est sublimée, et offre une prestaion juste et envoutante. Belle et relaxée, elle contraste avec un Hugh Jackman acculé par la recherche d'un moyen de sauver sa femme. Excellent dans son jeu, l'acteur surprend et démontre, s'il etait encore necessaire, qu'il peut autre chose que de faire des coups de griffre en costume de latex.

Le couple ainsi formé est crédible et offre une belle prestation.

Une réalisation...

Moins tape-à-l'oeil qu'un Requiem for a dream, The Fountain n'en est pas moins un bijou de réalisation...Bourré de references, de symboles ( les differentes formes sous les differentes époques), de couleurs differentes en fonction des périodes, le film se cale dans notre inconscient.

Visuellement magnifique, avec des effets speciaux réalisés directement sur le plateau pour la plupart et sans post-production, le film titille egalement nos esgourdes avec le score monstrueux du toujours très bon Clint Mansell ( qui s'etait dejà maginfiquement illustré dans Requiem for a Dream).

Sans défauts ?

Le scenario sous forme de puzzle peut s'averer difficile à decrypter si l'on ne possède pas les clés. Le film penche parfois vers un côté naïf qui même s'il est innocent peut effrayer certaines personnes. Enfin, le côté kitch de certaines scenes ( Hugh en position du lotus dans la partie de l'astronaute) est toujours sur le fil du rasoir prêt à tomber à tout moment vers le ridicule. Enfin à force de travailler son film, Aronofski le rend presque ellitiste et certains codes ou symboles risquent de passer totalement inaperçus.

En Résumé Parfois Kitch, un tantinet ellistite, ce film n'en reste pas moins une experience sensorielle qui egaye nos mirettes et enchante nos esgourdes. Une ode à l'amour au delà des âges et de la mort qu'Aronofski a parfaitement su mettre sur grand écran.
Avis

 ( 7/10)

Publié dans Cinéma - Tv

Commenter cet article