Rocky Balboa

Publié le par iftol

Rocky Balboa - Sortie le 24 Janvier 2007 - Sylvester Stallone.

Damn’ 30 ans dejà que la licence boxe sur nos écrans avec plus ou moins de succés, avec une musique mémorable et des scenes et repliques que tout le monde connaît. Il revient donc sur le ring, qu’en est-il de ce Rocky Balboa ?

C’est avec nostalgie et le plaisir de redecouvrir Rocky que je me suis presenté dans la salle qui projetait le film. Plaisir certes, mais aussi quelques craintes et notemment celle de l’âge de peremption de Silvester Stallone, surtout dans le domaine de la boxe.

Poussé sur le ring plus par une grande nostalgie et une quête de reconnaissance, que par ce fameux combat virtuel opposant l’etalon italien à la nouvelle coqueluche américaine, destructice de spectacle et accessoirement d’adversaires tellement elle lamine tous les protagonistes au titre, Rocky remet les gants.

Plus fin, plus introspectif que les precedants episodes, cet opus écrit avec le cœur de Stallone transpire la genrosité et l’humilité. Ce rocky est devenu sage et humble…

« La bête qui est en lui » veut une dernière fois montrer ce dont elle est capable et elle a encore l’energie pour faire marcher biceps et jeux de jambe…à defaut d’être à la hauteur pour raconter ces histoires de boxe dans son resto Adrienne.

 

Et quand cette fameuse musique de Bill Conti retentie, une sensation bizarre emplie de nostalgie, de fierté et d’exitation nous parvient, et on est à la limite de verser une petite larme quand celle-ci monte crescendo dans les enceintes du cinéma pour coller en puissance avec la course de Rocky, la course vers ces escaliers du musée des arts de Philadelphie, vers la reconnaissance, la gloire…vers la victoire !( oui, je m’enflamme !!)

Non denué de sens, mettant en parralèle sa propre vie, Stalone s’en sort très bien et y mèle dans son Rocky humour ( le coup de la Jamaïque en Europe est particulièrement bon !), Introspection, et Nostalgie. Filmé à l’ancienne sans fioritures, ce Rocky s’attache plus au fond qu’à la forme…preuve d’une certaine maturité ?

Alors oui, Rocky est crédible, et oui, il nous apporte autant de sensations que le premier du nom et oui, la boucle est definitivement bien bouclée…

Note  (7/10)

Publié dans Cinéma - Tv

Commenter cet article